...

Sur les traces de merlin - le 6 avril 2014

Merlin n'a qu'à bien se tenir, REN part à la chasse au trésor : 2014-03-24 10 31_07-Geocaching à Paimpont, chasse aux trésors GPS en Haute Bretagne Ille-et-Vilaine!

30 km à vélo nous firent découvrir la magnifique forêt de Brocéliande et, peut être, appercevoir derrière un chêne multi-centenaire quelques lutins bien cachés et prêts à nous faire quelques facéties.

 Nous avons honoré la tombe de Merlin par le salut des vélos.

Le trésors fut alors à notre portée !

Après un échange équitable, nous récupérâmes une nouvelle mascotte qui orne désormais le rétroviseur de notre camion.

 

 

BBQ de printemps 2014

jeremyMalgré un temps grisâtre, le printemps est bien au rendez vous. 

Une petite poignée de 20 RENistes s'est retrouvée pour fêter cet événement en sacrifiant quelques merguez et côtes de porc dans les braises rougeâtres du barbecue RENiste.

Comme toujours, ambiance festive où chacun partage son gateau, sa salade, son fromage, sa bouteille de son meilleur vin et surtout sa bonne humeur.

Le prochain rendez-vous ? Quand vous voulez !!! Y a qu'à le proposer !!

En tout cas il y en aura un le 21 juin, fête de la musique.

Alors, venez nombreux. Ce sera un barbecue de midi avec jeux de pétanque, palets et autres molki et qui se finira en soirée par la fête de la musique.

A bientôt.

bbq

 

 SAINT BRIAC – SAINT ENOGAT – le 09/03/14

Le réveil du matin est dur, dur pour l'encadrement... les kayaks sont presque chargés sur la remorque ! Bon... bref... Destination Saint Briac pour choisir la plage de Port Hue en point de départ.

Les conditions de navigation sont acceptables et accessibles pour l'ensemble du groupe : petit coefficient de marée (32), vent de Sud (20 km/h avec quelques rafales à 35 km/h) mais qui baisse dans l'après-midi, marée haute à midi et marée basse à 18h (environ).

Des rouleaux se forment en bordure mais la mise à l'eau se passe sans ombrage et sans dessalage.

Le parcours se fera en longeant la côte vers Dinard pour rester abrité. C'est calme et lisse.

Après avoir dépassé la Pointe du Décollé, une pause s'impose sur la plage de St Enogat.

Deux bouteilles de pinard dans le gosier (Nan), nous reprenons la mer avec gaîté... avec bonne humeur... simplement.

Pour changer de terrain de jeu, le retour se fera en pleine mer - plus agitée. Il faut bien de tout.

Nous pointons alors entre les balises blanches, passons au large de la Pointe du Décollé et pointons directement vers la plage de Port Hue. Le zef souffle, la mer s'agite sans excès... le groupe tient bon et garde le cap. Nous arrivons en temps et en heure (pour 16h30) au point de retour.

Mais, là, une surprise nous attend ? Les rouleaux sont bien présents. Une baigneuse (Laurence aime les températures fraîches) essaie de nous aider. Elle nous indique 6... et en compte 7... les rouleaux sont irréguliers, sont trop important... nous ne pourrons accoster. Dernière solution par prudence : contourner la Pointe de la Haye et accoster dans le port de St Briac. Au passage de la pointe, nous pagayons à nouveau sur une mer agitée... sans excès toutefois. Il faut cependant faire attention à la fatigue qui pourrait apparaître. Aucun sauvetage... Nous accostons à bon port.

Pour une petite sortie de 13 km initialement prévue, nous sommes à 17 km pour 17h30.

Nous voulions faire quelques exercices de récupération... la rallonge nous suffit largement.

Nous irons chercher le camion à pied et le déplacerons. Chemin faisant, François nous annonce que les mauvais rouleaux faisaient approximativement 1 m. Mais ils ont disparu quelques minutes après notre départ... Quel manque de pas de bol !

Belle ballade avec un terrain de jeu varié.
Neuf gaillards(des) au départ, neuf gaillards(des) à l'arrivée.

 

Mont Dore - du 1er au 5 mars 2014

Debout à 4h30, les voitures démarrent à 6h et 9 braves se lancent à l'assaut du Puy de Sancy !
Un groupe bien mélangé entre filles et gars, jeunes et vieux, chevelus et tondus ... et tous de bonne humeur et souriants.

A peine arrivés, les sacs jetés dans le gîte, le matériel manquant loué, nous partons tâter la neige et rendre visite à la cascade de l'Ours.
La neige est au rendez-vous, l'ours dort toujours et quant à la cascade, c'est sans surprise que nous trouvons un maigre bout de glaçon que nos crampons et piolets ne visiteront pas.
Ce n'est pas grave, il y a plein d'autre chose à faire.
L'exercice de chute dans la pente neigeuse se transforme vite en concours de luge.
La journée se finie par une visite au PGM qui nous invite à la plus grande prudence car le risque d'avalanche est très fort et les corniches bien avancées peuvent céder sous le poids de l'alpiniste distrait.

Le lendemain, nous prenons en compte les observations du PGM. Le val de Courre étant trop menaçant, nous nous lançons sur le Puy de Cacadogne et attaquons le Puy de Sancy par l'ouest.
Le temps est magnifique, la neige est parfaite.
Le val de Courre est en effervescence. Boum, Boum, Boum. 3 déclenchements d'avalanches avec de belles coulées que nous observons de loin. Notre choix de parcours était le bon !!

Le jour suivant, nous nous attaquons au Puy de Cliergue par l’entrée du val de Courre. Ciel et sol se confondent dans un espace blanchâtre où nous devinons de temps en temps un rocher, une ligne de crête … ou de corniche. Bref ! Une autre dimension de l’alpinisme.
La journée se finira par un bon bain dans les sources d’eau chaude et soufrée nous rappelant la présence de ces vieux volcans d’Auvergne.

Un jour passe. Il a neigé de nouveau. Nous décidons d’aller tâter la cascade de la Dore mais nous renonçons à mi-parcours. Le risque avalancheux est bien présent.
Nous partons alors pour une longue marche à travers la forêt vers la Grande Cascade où nous nous entrainerons à la recherche de sac à dos « victime » d’avalanche mais bien équipés en ARVA.

Ce sera la fin de ce séjour riche en images et en souvenirs.

 

Les secrets de la minette enfin dévoilés ...

 

Plage de St LunaireSAINT LUNAIRE ­ CEZEMBRE – le 11/01/2014

Neuf « gaillards et gaillardes » prennent place dans le camion au départ de Rennes sous le brouillard pour cette sortie kayak. Il fait froid et humide... Quand bien même puisque, finalement, les conditions sont clémentes à notre arrivée.

Avec le soleil sur la côte, on sort les lunettes de soleil, on peut mettre de la crème... Avec les températures basses, on met son bonnet et ses moufles (aussi). Nous partirons avec la marée montante pour pique-niquer à Cézembre pour revenir avec le début de la marée descendante. Le coefficient est autour de 50 et le vent est si faible que nous ne le ressentons pas.

Nous embarquons donc sur la plage de Saint Lunaire. Quelques « petits » rouleaux nous obligent à nous mettre à l'eau avec précaution les uns après les autres. Éric se retrouve à prendre deux vagues sans jupe placée et a écoper son kayak plein d'eau ! Bon début...

Phare du Grand JardinLe groupe est au complet : nous prenons la direction de la pointe du Décollé, pour piquer ensuite vers le phare du Grand Jardin et pour accoster sur l'île de Cézembre. Quelques rouleaux : Éric se retrouve à l'eau... Bon milieu... François et Laurence réchauffent la troupe avec un bon vin chaud. Un agréable moment de plaisir pour les soiffards que nous sommes ! Sabine s'est fait piquer sa bouteille de crémant avant de partir (« Ça coupe les pattes » lui a – t – on dit ?). Anne-Claire sort son chocolat avec la date de péremption dépassée. Christine pique son roupillon comme à son habitude. Closer nous détaille les potins de François, de Valérie, de Julie, de Nicolas et de Clara.

Plage de CézembreAprès ce repos, les conditions nous permettent de faire le tour de Cézembre (côté exposé Nord) et de reprendre la direction de St Lunaire en pointant sur la thalassothérapie de Dinard.

Chemin faisant, un arrêt nous oblige à récupérer Céline : elle vient de penser à s'endormir sur son kayak et le réveil dans l'eau vient de lui rafraîchir le caillou. Sans doute chauffe–t–il trop ?!

Une arrivée en douceur se fait sur la plage avec les « petits » rouleaux qui sont toujours présents. Éric se retrouve à l'eau... Bonne fin.

Ile HarbourBilan : sortie avec une mer un peu agitée, quelques vagues qui écrêtent avec les fonds qui remontent, groupe qui navigue avec un niveau homogène. Tout le monde est légèrement secoué mais passe les vagues avec aisance. Une sortie pour laquelle nous devons lire la mer et choisir des passages.

Chacun y a trouvé du plaisir. Humeur joviale de nous retrouver pour la 1ère sortie de la nouvelle année 2014.

 

P1020083IMG 2658

Chartreuse - du 2 au 6 janvier 2014

Le réveillon à peine digéré, nous partîmes à 5 brûler les excès de foie gras et de chocolat dans la neige de la Chartreuse.

Le train nous dépose à Grenoble et nous démarrons notre ascension de la bastille à 14h. Après un dénivelé de 1200m, nous finissons avec la nuit par planter la tente vers 19h sur le sol enneigé du fort de St Eynard. Le repas chaud, soupe et lyophilisé, se fera sur une terrasse dominant les lumières de Grenoble.

IMG 2676

Le lendemain matin, les sacs refaits, nous repartons vers 8h. Destination : Le trou du Glaz.

La météo commence rapidement à nous taquiner avec une pluie fine mais persistante. Les quelques rares apparitions du soleil sont très appréciées.
Nous profitons d'une courte pause déjeuner pour chausser les raquettes.

Arrivée au col du Coq après de longs slaloms entres les arbres de la forêt, une partie de la troupe commence à ressentir de la fatigue et du découragement. Heureusement, Robert sait motiver les troupes et on décide de bifurquer vers l'habert de Pravouta afin de passer la nuit au sec. Hélas, l'habert nous accueille avec un gros cadenas fermant la porte !!!

Pas grave, nous plantons la tente non loin de l'habert dans un petit bosquet de sapin. Antoine nous prépare un bon feu de camp qui réchauffe autant notre corps que notre moral.

IMG 2692P1030104IMG 2707

Après une nuit pluvieuse et froide, le matin nous présente une météo peu encourageante. Nous décidons de ne pas tenter un 3ème bivouaque qui risquait d'être encore plus humide que les précédents. Nous faisons donc demi-tour vers le Sappey en Chartreuse.
Très vite, pluie et neige nous transforme en Bob l'éponge.

Le groupe va se séparer. Antoine et Louis-Marie se proposent de filer jusqu'au Sappey, prendre la navette pour Grenoble et revenir avec la voiture de Louis-Marie laissée sur place et contenant nos affaires sèches. 
Une mission humanitaire qu'ils réaliseront avec brio !

P1040124Sur la route, l'habert de Chamechaude nous offre un abri pour casser la croûte, faire un feu et évacuer un maximum d'eau qui pénètre tous nos vêtements.

Enfin, tout le monde se retrouve au Sappey. Pierre, robert et Julie récupèrent leurs affaires sèches et remplissent la voiture de Louis-Marie & Antoine avec l'équipement devenu inutile : crampons, piolets, raquettes, ...

Louis-Marie et Antoine repartent aussitôt vers Rennes tandis que les 3 restants se trouvent une chambre d'hôte. L'accueil y est chaleureux, la douche est chaude, les lits sont moelleux.

Le lendemain, le retour sur Grenoble puis sur Rennes se fait sous un ciel bleu et un magnifique soleil !! Il aurait été bien avisé d'apparaître plus tôt celui-ci !!!
Mais, bon ! Un peu d'amertume, mais pas de regret. Nous avons fait le bon choix.

Ce fut une magnifique aventure à faire et à refaire.

 

GOLFE DU MORBIHAN – le 23/11/2013

Sortie initialement prévue à PLOUHA (les falaises culminent à 104 mètres), les conditions de vent (force 4-5 Beaufort venant de Nord-Est – pleine mer) sont trop fortes pour avancer le bout de son nez sur la côte Armoricaine.
François change alors la destination pour le Golfe du Morbihan. La troupe pointe alors ses pagaies vers cet horizon avec moins de vagues. Nous naviguerons à marée descendante avec un coefficient de marée à 58 et un vent autour de 25 à 30 km/h.

Un petit en-cas avant de partir... nous voilà à l'eau ! Par ce froid de canard !
Avec les courants qui s'accélèrent entre les îles, nous traversons en réalisant des bacs : direction l'Île Govihan, puis l'Île Brannec et enfin l'île aux Moines pour un pique-nique sous un nuage gris...

Ce qui n'empêche pas Jean-Phi de faire, le premier, une petite sieste. Ah ! Le repos du guerrier !
Ah ! Dans ce coin, la mer est un désert de tranquillité.

Repos légèrement troublé par l’apparition de sauvages esquimaux de Lancieux : eux aussi ont évité la côte Nord de la Bretagne. Laurence, ravie, peut échanger sur la technique de pagayage avec un cure-dent.
Mais qui sont les sauvages ??!!

Après cette pause, nous longeons la côte Est de l'île aux Moines. Nous sentons quand même le vent souffler en traversant l'Anse du Vran. Puis nous pointons vers l'Île d'Arz que nous longeons par la côte Ouest. Avec le vent dans le dos et avec le courant porteur, nous engageons alors la traversée du retour.

Un ciel mitigé avec quelques nuages gris sans pluie, des couleurs rosées, des traits lumineux... Paysages contrastés avec les éclairages changeants... Rencontre de hérons (sûre) et de cormorans (peut être)... En bref : très belle balade.
Un verre de vin chaud à notre arrivée n'aurait cependant pas été de refus !
Pour la prochaine fois.