...

AG 2014 - Le 21 juinP6210113

21 juin : Jour de la fête de la musique !

Ce fut aussi le jour de l'AG clôturant cette saison 2013-2014. Clôturant ? Pas tant que ça ! L'été restera riche en événements.

En attendant cette AG fut l'occasion de faire un bilan ... assez positif de l'année, puis de préparer une nouvelle équipe qui ne manquera pas encore mieux qu'hier et toujours moins bien que demain.

P6210176-MOTIONPuis, sous le rythme du jembé, chacun a pu profiter de cette belle journée ensoleillée.

Entre palets, moolky, slacklines on a pu faire un tour de kayak ou chercher des sensations sous l'aile de Robert.

IMG 2551_lowresIMG 2463_lowresIMG 2485_lowresP6210225IMG 2457_lowres

Joyeux été à tous !

 

Photo3

Week-end PRIMEL – du 7 au 9 JUIN 2014

Photo1Un week-end d'activités pour les uns, un week-end de repos pour d'autres, un week-end de ballades pour (encore) les autres... Charlie est encore trop petite pour faire du kayak !
Les tentes sont montées en rang d'oignons au Camping de la Mer par les têtes d'ail ! La mise à l'eau en sera facilité : nous sommes vraiment les pieds dans l'eau... à 20 m prêt...
De la bonne humeur... de la bonne humeur... et encore de la bonne humeur...

Dès le samedi après-midi, une ballade en kayak nous amène à contourner la pointe de Primel (côté Ouest) pour ensuite la repasser et aller jouer dans la baie de Sainte-Barbe (côté Est).
Le vital est de sortie... Laurence débutera dessus... Éric – en serrant les fesses – fera la fin de la sortie après un changement en pleine mer à 3 kayakistes !

Cette ballade du coin nous met en appétit... au sens propre comme au figuré... et nous promet une belle découverte tout au long du week-end. Nous assisterons à notre premier couché de soleil à la pointe, pour ensuite visiter, à pied, la légendaire grotte aux Korrigans, accessible à marée basse.

Après une nuit tranquille, les festivités débuteront en matinée par une grimpe sur les voies du site d'escalade. Poins de voiture à prendre puisque nous sommes sur place.

Photo7Photo2Louis-Marie et la miss « camping-car » nous ouvrirons les voies en tête. Ben... oui... les kayakistes manquent de pratique.
Le site nous permettra de prendre du plaisir... sans se prendre ! L'activité se fera avant l'arrivée d'un grain de pluie. Monsieur météo nous avait signalé son passage. Il fut bref... mais intense. Suffisant pour faire sourire les camping-caristes en nous voyant sous notre bâche de fortune.

Nous profitons allègrement de l'après-midi pour nous reposer – sieste, massage, papotage en tout genre... - avant de reprendre la mer pour jouer dans les vagues et pour rejoindre la plage de Plougasnou. A leur arrivée, les filles font des exercices d'assouplissement en attendant les retardataires. Le groupe se change ensuite à nouveau sur le parking... cela ne fait que la 3ème fois depuis le matin... avant de rejoindre à pied un concert à St Jean-du-Doigt. La bande de gaie-lurons débarquent pour écouter le concert de musique Irlandaise et pour dîner avec une frites-saucisse.

 

 Photo5Photo6

Attention !! François nous l'avait promis... nous l'avons eu... une remise à l'eau se fait autours de 21h pour assister au couché de soleil sur l'eau. 

Un moment magique pour les yeux ! Non content que cette navigation s'arrête, l'appel des Korrigans est trop fort ! Nous irons leur rendre visite derrière la pointe de Primel. Nous pagayons alors au clair de lune en jouant avec les reflets des vagues.
Un vrai moment de vie ! Un vrai moment de bonheur !
Merci « chef ».

Photo4Le lundi, notre périple nous amène du côté de la Baie de Morlaix. Un phoque vient jouer avec la troupe dès le départ. Après quelques coup de pagaies, une collation s'impose. Le pique-nique est agrémenté d'un digestif Crétois très apprécié.
La navigation reprendra de gauche à droite, au gré des courants de marée, pour rejoindre le château du Taureau. La marée nous portera ensuite jusqu'au retour au camping.

Partant pour remettre cette partie de plaisir ? pour les yeux et pour la bonne humeur.


La 7ème Cie est prête !

 

14331647635 d6afa3638d_cST ENOGAL – ILE AGOT – 01 JUIN 2014

Pour cette sortie, une boucle se fera en partant de la plage de Saint Enogat (Dinard). Nous mettons à l'eau à marée haute. L'idée est de bénéficier de la marée descendante sur toute la sortie, de naviguer en pleine mer pour l'aller et de longer la côte pour le retour. Le vent de Nord/Nord-Ouest est modéré (15 à 20 km/h).

La mer bouge légèrement avec des p'tites vagues de 30 cm. On voit que quelques vagues écrêtent par-ci, par-là lorsque les fonds remontent mais sans difficultés majeures. Nous contournons d'abord l'Ile de Harbour, pointons ensuite vers Le Haumet et passons à proximité de la Pointe du Décollé.

Nous n'avons pas vu les sirènes (celles-ci se cachaient certainement dans les grottes !) mais nous croisons un dauphin (et oui ! Il fallait garder l’œil ouvert !). Nous préférons d'ailleurs naviguer avec nos sirènes associatives adorées. Elles ne chantent pas des sérénades ! Elles défendent un féminisme.

14331667005 a6b6279e52_cLe groupe pointe ensuite vers l'Île Agot pour la contourner. Le passage au sud nous laisse découvrir une eau cristalline, des couleurs émeraude et bleu turquoise. Une plage de sable fin nous auraient bien attirés pour faire une pause. L'accostage sera impossible puisque l'île est une réserve d'oiseaux.

14145089108 f3b933d7a6_cLes ventres gargouillent, nous poserons notre postérieur à Port Hue (Saint Briac) pour déjeuner et faire une petite sieste (si, si...!)

sieste

Après cette pause, nous rentrons en longeant la côte... tranquillement... en bénéficiant des contre-courants et d'une mer d'huile. Le décor a complètement changé. Les rochers se sont découvert et le paysage ne ressemble plus à l'aller. Arrivée : pile-poil à l'étale. Nous ne pourrons esquimauter dans 20 cm d'eau.

Belle journée qui se termine sous le soleil en pétant le bouchon du mousseux (Merci Christine).

14145374518 87ee077d40_c14145494050 4e38e9bd6c_c

 

Ph4 

CAP FREHEL – le 18 MAI 2014

Nous sommes partis gaiement dès 8h30 pour le Cap Fréhel.
Les conditions s’annonçaient favorables... nous avons eu des conditions RADIEUSES. Pas de vent, aucunes couvertures nuageuses, une marée descendante... avec de l'eau cristalline, avec des couleurs émeraudes, turquoises et avec de la roche rosée.
Le petit groupe (11 kayakistes) a embarqué du Port St Géran en longe côte pour passer en toute tranquillité la Pointe du Fort la Latte.
Un émerveillement des yeux.
Une pause en disposant les kayaks sur les cailloux s'improvise et va se faire avant la pointe de La Teignouse.
Les filles (et Fabrice) ont profité de cet instant pour piquer une tête, les mecs en ont profité pour picoler un second verre de rosé.
Il n'y a rien de machos là dedans !
Ph1Nouvel embarquement pour rejoindre le Cap Fréhel : celui-ci se contourne, à notre surprise, sur du velours par une mer d'huile.
Nous pouvons même stationner en douceur au pied de la falaise pour observer les pingouins.
La ballade se poursuit vraiment pépère... à tel point que nous arrivons trop tard pour passer dans la grotte sous la pointe du Jas.
La marée est trop basse. Mauvais calcul de l'horaire... qu'importe... nous visiterons la seconde.
Et puis, nous sommes drôlement pépère.
La fin du parcours se poursuit, aussi doucement, en jouant avec les vagues le long des plages : des p'tits surfs... des p'tits appuis...
Une petite séance d'esquimautage s'improvise en mer : avec ces loupés et ces réussites...
là, ce sont les mecs (et Pauline).
L'arrivée se fera à l'Anse du Croc en rejoignant la cale à bateaux. Pile-poil à marée basse.
Les filles ont même pris une second bain à leur arrivée !!! A Lorient, s'organisait la biennale de l'égalité homme – femme... Qui sont les gros bras ? On se le demande :-)
Ph3Ph5Parcours réalisé en détente... sans se presser. A quoi bon pour cette surprenante journée qui nous en a mis plein les mirettes !!

Ph2

 

CoucherSoleilsommetSéjour alpinisme –
Glacier des Gabiétous et Cirque de Gavarnie -
Du 7 au 11 mai 2014

Mercredi soir 19h30.

Départ de la plaine de Baud, dans une Zafira et avec cinq alpinistes chargés à bloc.

Mais que la montagne est loin! Une heure du mat', arrêt dodo sur une aire spacieuse, où les 3secondes de décathlon trouvent leur meilleur usage.

Jeudi matin, 6h00.

gauche

Lever et départ vers les Pyrénées. Petit arrêt par le PGHM de Pierrefite Nestalas pour prendre des infos sur les conditions en altitude. Rassurés, on se lance : direction la station de ski de Gavarnie, altitude, 1856m.

Après un grignotage rapide, on fait les sacs, puis c'est les épaules bien chargées et la motivation au plus haut qu'on parcours les derniers mètres d'asphalte libérés de neige, avant d'attaquer la pente.

L'envie compense alors le manque d'acclimatation. Col des Tentes, port de Boucharo, puis montée bien raide au glacier des Gabiétous. 18h00, 2685m, terminus, on pose le camp.

Et on observe avec envie la voie qui nous attend pour le lendemain : le couloir de gauche, qui débouche au sommet du Taillon. Quelques litres de neige fondue plus tard, et un repas simple et lyophilisé avalé, on prépare le matos pour le lendemain. Le soleil du soir décide alors de percer sous les nuages. Vision onirique des sommets orangés et de la mer de nuage qui se forme plus bas. Et on se met au chaud.

Vendredi matin. 4H30.

momojulierobert

Après une courte et mauvaise nuit, on petit-déjeune sans appétit. Le jour se lève alors qu'à 6h00, on quitte le camp pour attaquer le couloir. Les crampons aux pieds, un piolet technique dans chaque main. Chargés au minimum. 350 m de dénivelé avec deux longueurs en glace plutôt sympathiques (bien flippant diront certains), des pentes de neige bien soutenues, des broches à glace et des coinceurs, une cordée de Basques espagnols (ou d'Espagnols basques, c'est selon). Et un dernier ressaut de glace bien moisie. Les mollets sont bien tendus quand on débouche au sommet du Taillon, 3144m. Robert, Louis-Marie et Pierre sortent vers 12h00. Morgan et Julie vers 13h00.

La faim se fait sentir. Ca tombe bien, le panorama est idéal pour un pique-nique, et on a tout plein de pain, de charcuterie et de fromage dans les sacs... On redescend au camp en deux heures, par la crête côté Espagne et le Col des Gabiétous. Reste à faire sécher les chaussettes et chaussures, ranger le matériel, faire fondre de la neige, manger. Apprécier la vue, à défaut d'apprécier son repas (certes, il fait son oeuvre, et la faim nous quitte. Un moment). Et puis se rendre compte avec stupeur qu'on n'arrive plus à faire fondre la neige parce que nos bouteilles de gaz sont HS... Il reste une journée entière, et 1,5 litre d'eau. Et pourtant, que d'eau autour de nous! On réussi alors à glaner quelques précieuses gorgées sur un rocher où la neige fond. Alors, pour citer ce philosophe plantigrade, grand sage parmi les ursidés : "Il en faut, peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux, il faut se satisfaire du nécessaire... Un peu d'eau fraiche" etc.

Samedi matin, c'est grasse mat'. Lever à 5h00.

saradaymomoAprès une nuit où les ronflements (de quelqu'un dont on taira le nom) firent échos aux rafales de vent, on mange, puis on démonte le camp en essayant de ne pas laisser s'envoler quoi que ce soit. On redescend bien chargés par le couloir raide de la montée, avant de tirer plein est vers le col des Sarradets (2589m) où on compte bien se faire la face sud du pic des Sarradets. Les pentes sont chargées de neige molle, et on en ch... un peu pour avancer. On laisse alors nos sacs derrière une petite bosse providentielle (à plusieurs égards), avec juste ce qu'il nous faut pour l'objectif de la journée : un petit 5+ sur 4 longueurs, vaguement équipé. On passe le col, on s'arrête au refuge (miteux) des Sarradets, et on observe notre voie. C'est marrant comme la neige n'était pas sur le topo. Il faut alors choisir entre faire de la dalle en grosses (chaussures), ou attaquer les pentes raides de neiges en chaussons (d'escalade). Le tout sans piolet. Alors entre la peste et le choléra, on se rabat sur l'arrête sud-ouest, à quatre, car le cinquième larron décide de s'armer de patience pour récolter un peu d'eau... Trois longueurs de grimpe facile assurés sur coinceurs, en grosses, avec pour panorama le cirque de Gavarnie et la brèche de Rolland. Une descente en rappel. Et puis on quitte le refuge des Sarradets à cinq, avec de l'eau. 14h45, le retour est lancé. On retourne chercher nos sacs derrière la bosse providentielle, puis on continue la descente vers le port de Boucharo, le col des Tentes, la station de Gavarnie. Retour à la civilisation. Les pieds trempés d'avoir trop pataugés dans la neige chargée d'eau. Nos visages tendres tannés par le soleil. Les jambes fourbues. Vite, un plat de pâtes! Une bière et une bouteille de rouge! Et surtout, un lit au chaud... Merci à Robert et à la maison de son beau-père.

Dimanche. Départ à 10h00 pour la Bretagne.

robaspiLa route sert de tampon pour un retour à une réalité plus comfortable mais aussi plus compliquée. Une sorte de sas de (dé)compression. Le seul temps de ce séjour où on ne fait rien. Un espace où les souvenirs de ce beau périple alimentent la réflexion. L'alpinisme, ça a beau être sport, c'est avant tout une aventure. Aventure de soi dans un milieu où l'homme ne fait que passer, où la conquête n'est qu'éphémère. Aventure face à soi-même, ses doutes, espoirs et peurs. Aventure avec les autres : la cordée, la vie de groupe, l'entraide, les choix en commun, le bivouac.

 

A tous ces égards, nous avons vécu une belle aventure, riche en nouveauté, intense. Pleine de ces images qu'on ne peut pas décrire. De ces couleurs changeantes et improbables. De la sentation essentielle de se sentir vivant. Une aventure nourrie du partage simple et authentique d'une passion commune. Simple, car on n'y fait rien d'autre que l'essentiel : avancer, manger, dormir; recommencer. Authentique parce qu' elle est vécue pour elle même ; et parce qu'atteindre un sommet n'est beau que parce que le parcours qui nous y a mené l'est aussi.

 

P1070538WE Bourgogne du 1er au 4 mai 2014

Il était tôt ce jeudi matin de la fête du travail.

Ils étaient 6 grimpeurs motivés à quitter la Plaine de Baud pour un petit périple de plus de 500 km vers les sites de Saffres et de Hauteroche (21).

DSCN1182Plus la route défilait et plus le temps se dégradait pour arriver finalement, accompagnés par les nombreuses gouttes d'eau.
La première après midi permit tout de même de découvrir tranquillement quelques voies avant d'aller installer le campement : 1 tente pour les filles, 1 tente pour les gars et 1 tente tolérant la mixité pour les apéros, repas et jeux de soirée! 3 tentes + 1 véhicule + 1 fil à linge, quand REN s'installe il faut réquisitionner plusieurs emplacements (sans compter la slack-line !).

La météo toujours capricieuse du vendredi incita quelques vaillants grimpeurs à partir à la découverte de la zone commerciale de Dijon en quête d'un Décathlon vendant des chaussures étanches et dignes de ce nom.

P1070615L'après midi plus clémente, incita le petit groupe à retourner sur le rocher. L'occasion de faire quelques manip de cordes et de goûter à l'humour de la météo bourguignonne! Rien de tel qu'une bonne averse pour réchauffer la cordée suspendue en haut de voie ! Les cordes seront mouillées, les vêtements aussi, et par solidarité, tout le groupe y passera.

Par habitude, l'humidité ne fait pas peur aux bretons. Les affaires sécheront pendant qu'un bon repas au restaurant servira à maintenir l'humeur positive et joueuse des RENistes.

La journée du samedi, à défaut d'être ensoleillée, épargnera la région de la pluie.

P1070531L'idéal pour faire l'unique vraie journée de grimpe qui se terminera par une ou deux bonnes bières autour d'apprentis slack-lineurs ! Un séjour n'est complet que si les 4 saisons se montrent, avec la gelée de la nuit du samedi au dimanche et le soleil d'été de la dernière journée, le WE prolongé en Bourgogne peut prendre sa véritable appellation.

Sans aucune envie de rentrer et par un temps magnifique, les 6 amis grimpeurs finirent par reprendre la route en direction de l'Ouest le dimanche après midi.

C'était trop court mais c'était bien, vivement le prochain grand WE !

 

Sur les traces de merlin - le 6 avril 2014

Merlin n'a qu'à bien se tenir, REN part à la chasse au trésor : 2014-03-24 10 31_07-Geocaching à Paimpont, chasse aux trésors GPS en Haute Bretagne Ille-et-Vilaine!

30 km à vélo nous firent découvrir la magnifique forêt de Brocéliande et, peut être, appercevoir derrière un chêne multi-centenaire quelques lutins bien cachés et prêts à nous faire quelques facéties.

 Nous avons honoré la tombe de Merlin par le salut des vélos.

Le trésors fut alors à notre portée !

Après un échange équitable, nous récupérâmes une nouvelle mascotte qui orne désormais le rétroviseur de notre camion.

 

 

BBQ de printemps 2014

jeremyMalgré un temps grisâtre, le printemps est bien au rendez vous. 

Une petite poignée de 20 RENistes s'est retrouvée pour fêter cet événement en sacrifiant quelques merguez et côtes de porc dans les braises rougeâtres du barbecue RENiste.

Comme toujours, ambiance festive où chacun partage son gateau, sa salade, son fromage, sa bouteille de son meilleur vin et surtout sa bonne humeur.

Le prochain rendez-vous ? Quand vous voulez !!! Y a qu'à le proposer !!

En tout cas il y en aura un le 21 juin, fête de la musique.

Alors, venez nombreux. Ce sera un barbecue de midi avec jeux de pétanque, palets et autres molki et qui se finira en soirée par la fête de la musique.

A bientôt.

bbq